Le blogue du Bioparc

Retourner au blogue

Le chat domestique… pas si innofensif!

Le chat domestique (Felis silvestris catus) est une espèce exotique au Québec. Il tire son origine d’un autre continent, ainsi, à la base, il n’était pas présent en milieu naturel chez nous. En effet, les premiers signes de domestication du chat sont relatés en Égypte environ 9500 ans av. J.-C. et depuis, son aire de répartition s’est étendue à l’échelle mondiale. Lorsque notre chat nous ronronne à l’oreille et se trémousse pour se faire câliner, il semble si docile, fragile et inoffensif, mais est-ce bien le cas?
Détrompez-vous puisque, selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) le chat domestique compte parmi les 100 espèces exotiques envahissantes les plus dommageables au maintien de la biodiversité! Mais comment « gentil minou » peut-il bien être un danger pour la nature? De plusieurs manières! D’abord, séparons les chats domestiques en deux catégories, puisqu’ils peuvent avoir des répercussions à des degrés différents dans les écosystèmes : les chats errants et les chats de compagnie. Ensuite, le chat domestique est un carnivore opportuniste qui peut capturer des petits mammifères, des oiseaux, des amphibiens, des reptiles et des invertébrés, sans trop de difficulté! Ainsi, l’impact numéro un de l’introduction du chat domestique dans la nature est la prédation exercée sur les espèces indigènes. Conséquemment, dans certains pays, le chat domestique va même jusqu’à pousser certaines espèces d’oiseaux et de rongeurs endémiques, c’est-à-dire seulement présentes à cet endroit précis, à l’extinction! À titre d’exemple, le chat domestique errant est pointé du doigt comme étant la cause probable d’extinction de plusieurs oiseaux de mer des îles de la Basse-Californie, notamment le guillemot de Xantus (Synthliboramphus hypoleucus) et le pétrel de Guadeloupe (Oceanodroma macrodactyla). Ensuite, le chat domestique, errant ou de maison, peut être un important compétiteur des autres prédateurs indigènes, comme le raton laveur (Procyon lotor) et certains oiseaux de proie. Il pourrait ainsi s’attaquer aux mêmes proies qu’eux et par le fait même, diminuer leurs chances de survie. D’un autre côté, le chat domestique est un vecteur de maladie considérable, que ce soit envers la faune locale ou vis-à-vis son maître (zoonose). Et oui, outre la rage, d’autres maladies peuvent être transmises à l’homme, comme la toxoplasmose, particulièrement dangereuse pour les femmes enceintes. Tout ceci est sans parler que le chat domestique peut se reproduire avec les chats sauvages européens et du Proche-Orient et créer des descendants fertiles, ce qui a été ciblé comme l’un des facteurs menant au déclin de la population de chats sauvages en Europe.
Mais comment remédier à ces problèmes? D’abord, en stérilisant nos chats, en les gardant à l’intérieur de nos maisons et, s’ils doivent absolument faire promenade dehors, leur mettre une clochette et un médaillon au cou. Pour terminer,  il faudrait éviter à tout prix de nourrir les chats errants ou d’abandonner notre propre chat!

Mais qu’en est-il de la situation au Canada? Et au Québec? Pour l’instant, très peu de chercheurs se sont penchés sur le phénomène. Mais, chose certaine, le Québec ne fait pas exception à la tendance européenne et nord-américaine d’augmentation de la popularité du chat domestique de compagnie. En 2008, son nombre a été estimé à 1,45 million de chats. Avec cette augmentation, pourrait-on s’attendre à voir une hausse de l’impact du chat domestique en nature? À suivre! Mais rappelez-vous, dans chaque chat sommeille un redoutable prédateur qui pourrait avoir des répercussions importantes aussi près que dans le boisé derrière chez vous!

 

 

Auteure : Cindy Gagné
Sources :
MASSÉ, A., J., MAINGUY, Y., LEMAY, A., CARON et M-H., ST-LAURENT, 2012. Le chat domestique en milieu naturel : une espèce exotique envahissante. Le naturaliste canadien, 136, N°1 : 32-39.
Ministère des Ressources Naturelles, page consultée le 15 mars 2013. Le chat domestique (Felis silvestris catus). [En ligne], URL : www.mrn.gouv.qc.ca/faune/especes/envahissantes/chat-domestique.jsp