Le blogue du Bioparc

Retourner au blogue

Qui vient voler nos frites, les mouettes ou les goélands?

La chaleur du printemps se montre enfin le bout du nez. La mer est libérée de ses glaces, tout comme les rivières, et on peut y observer plusieurs espèces d’oiseaux qui font leur retour pour la saison de reproduction. Garrot d’Islande, grand harle, bernache du Canada et canard colvert sont parmi les premiers à arriver. On voit aussi de plus en plus de goélands, ou serait-ce des mouettes? Bien des gens les confondent, et avec raison. Sans connaître des subtilités de chaque espèce, il peut être difficile de les identifier. 

 

 

 

La première chose à savoir c’est que les mouettes et les goélands font partie de la famille des Laridés, tout comme les sternes. De cette famille se dégagent trois sous-familles, dont les Larinés qui englobent les mouettes et goélands. La majorité des Larinés adultes ont le corps blanc, le dos et les ailes grises. Les juvéniles sont généralement brunâtres jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge adulte, entre deux et quatre ans. On observe les Larinés partout dans le monde. Au Canada, 23 espèces sont répertoriées, dont 18 nicheuses. Ils passent l’hiver dans des milieux où ils ont accès à de l’eau libre pour se nourrir. Au Québec, trois espèces de goélands sont particulièrement présentes; le goéland à bec cerclé, le goéland argenté et le goéland marin. 

 

Le goéland à bec cerclé est blanc, avec un manteau (dos et ailes) gris et une bande noire fait le tour de son bec. Originaire de l’Ouest, il est arrivé au Québec dans les années 1930. C’est le goéland qu’on observe le plus souvent dans nos poubelles. Dans certains endroits, on considère même que son alimentation est composée à 20% de ce qu’il trouve dans les déchets laissés à la traine par l’homme. Il occupe une variété de milieux, autant en région urbaine qu’à la campagne où il se nourrit de grains dans les champs, qu’à la mer où il mange du poisson. Pour la reproduction, il se regroupe en colonie de 20 à plusieurs dizaines de milliers de couples. Les nids sont faits directement au sol, généralement sous de la végétation afin de protéger le nid des prédateurs aériens.
Le goéland argenté est plus gros que le goéland à bec cerclé. Il est aussi blanc avec un manteau gris, mais son bec est marqué d’une tache rouge. Son alimentation est variée. Il se nourrit d’invertébrés marins, de poissons, d’insectes, de petits oiseaux marins et d’œufs. Opportuniste, il se nourrit aussi de charogne et de poubelles. Près de la mer, il forme de grands groupes pour patrouiller le territoire et trouver de la nourriture. Compétitif, il menace et vole de la nourriture à d’autres espèces d’oiseaux.
Le goéland marin est le plus gros goéland au monde avec une envergure de 150 à 168 centimètres. Il est blanc avec un manteau noir et porte une tache rouge sur le bec. Plus côtier que les deux autres, il se nourrit de moules, de crabes, d’oursins, de poissons et d’oiseaux. Il mange aussi des poissons morts, de la charogne et des poubelles. Il peut s’attaquer aux œufs et aux poussins d’autres espèces d’oiseaux côtiers et marins. Il niche sur les affleurements rocheux, seul ou en colonie éparpillée, quelques fois avec d’autres espèces de goélands ou des sternes.
La mouette tridactyle est de loin celle qui est le plus confondue avec les goélands. Elle est blanche avec un manteau gris. Elle est plus petite que les goélands et son bec est jaune, sans aucune trace ou marque. Elle se nourrit de poissons et d’invertébrés marins. On l’observe près de la mer et des côtes. En été, elle niche en colonie sur des falaises et en hiver, elle reste en mer. Les autres mouettes observées au Québec sont relativement faciles à différencier des goélands puisqu’elles ont la tête noire, comme c’est le cas de la mouette de Bonaparte.
Bien que les goélands et la mouette tridactyle se ressemblent en couleur, des détails morphologiques et comportementaux nous permettent de les distinguer et de comprendre que ce sont les goélands qui nous volent de la nourriture sur la plage et non les mouettes. Les 19 et 20 mai prochains, le Bioparc organise le Festi-Oiseaux, où des sorties d’observations permettront l’observation des goélands, des mouettes et de plusieurs autres espèces d’oiseaux marins et côtiers.

Auteure : Stéphanie Bentz, biologiste responsable de l’éducation

 

Sources :
 
Le nichoir. Goélands ou mouettes? http://lenichoir.org/2013/04/goelands-ou-mouettes-french-only/ (Page consultée le 23 avril 2018)
 
Historica Canada. Goélands et mouette. http://www.encyclopediecanadienne.ca/fr/article/goelands-et-mouettes/ (Page consultée le 23 avril 2018)
 
Tourigny, S. (reporteur). 2015. Les goélands vs les mouettes [reportage]. Dans 100% animal. Montréal, Québec : Télé-Québec.
 
All about birds. Ring-billed Gull. https://www.allaboutbirds.org/guide/Ring-billed_Gull/lifehistory (Page consultée le 24 avril 2018)
 
All about birds. Herring Gull. https://www.allaboutbirds.org/guide/Herring_Gull/lifehistory (Page consultée le 24 avril 2018)
 
All about birds. Great Black-backed Gull. https://www.allaboutbirds.org/guide/Great_Black-backed_Gull/lifehistory (Page consultée le 24 avril 2018)
 
All about birds. Blakc-legged Kittiwake. https://www.allaboutbirds.org/guide/Black-legged_Kittiwake/lifehistory (Page consultée le 24 avril 2018)
 
Source photo : Wikimedia commons.